Sélectionner une page

Je te retrouve pour un nouveau « On a testé pour toi » ✨. Je te rappelle le principe, on teste une pratique un temps et on revient vers toi pour faire un retour sur l’expérience.

Hello, je suis Éloïse (coucou👋🏼) nouvelle recrue dans la team Vidya, et je me suis lancé le défi de stopper le sucre raffiné pendant une semaine.
Prise dans une forme d’addiction, je me sentais complètement aspirée par la spirale infernale des bonbons, gâteaux et chocolats (industriels, souvent j’avoue🤭).
Et puis qu’on se le dise, le sucre c’est aussi cet aspect social et fédérateur qu’on retrouve au 4 coins de la planète. C’est ancré dans la culture mondiale, se retrouver autour d’un délice sucré a toujours été symbole de convivialité.

Je t’embarque avec moi une semaine, au travers de mon « No Sugar Diary ».

une semaine sans sucres raffinés

LE SUCRE RAFFINÉ : C’EST QUOI ?

Sodas, gâteaux, bonbons, desserts, chocolats, viennoiseries mais aussi pain, pâtes, plats préparés, sauces,… le sucre est PAR-TOUT 🤯!
Le sucre a ce pouvoir de dépendance qu’on peut comparer aux grandes drogues. Et ça évidemment, les industries l’ont bien intégré.
En 2017, une étude complètement dingue a démontré sur des rongeurs que l’addiction au sucre était comparable à celle de la cocaïne…
Sur 100 rats testés pendant l’expérience, 94 ont largement préféré le sucre à la cocaïne. (source : Intense Sweetness Surpasses Cocaine Reward)
En effet, la consommation de sucre stimule dans notre cerveau ce qu’on appelle le noyau accumbens, ou aussi appelé le circuit de récompenses.
En bref, le sucre entraîne la libération de dopamine, l’hormone du bonheur. La spirale est lancée, sucre = bonheur, sucre = récompense.
Les sucres utilisés dans l’industrie ou présents généralement dans nos placards sont des sucres raffinés qui suivent des procédés lourds qui les exemptent de leurs propriétés nutritives.

⚠️ Le sucre est-il un ennemi ? Non. Essentiel à notre organisme, il permet de stocker ton énergie et de synthétiser des protéines.
Évidemment on parle de « bons » sucres, non raffinés et en petite quantités.

Le sucre industriel est en fait du saccharose pur dépourvu de tout nutriment pour être considéré comme un produit « chimiquement pur » répondant aux normes et réglementations. Il est constitué d’une molécule de fructose et d’une molécule de glucose. Extrait de la betterave ou de la canne à sucre, le sucre passe par plusieurs procédés mécaniques avant d’arriver à leur forme finale de cristaux, liquides, … :

• Traitement physique par broyage (canne) ou trempage dans de l’eau chaude (betterave) ;
• Filtration
• Traitements chimiques à la chaux puis clarification du jus chaulé avec de l’anhydride carbonique et de l’anhydride sulfureux,
• Déshydratation et cycle de cuisson sous vide pour obtenir d’une part le sucre cristallisé et d’autre part de la mélasse.

LES MÉFAITS DU SUCRE RAFFINÉ

Une consommation de sucre quotidienne engendre des conséquences néfastes sur notre santé :

• Entraîne des problèmes de digestion
Attaque la flore antibactérienne entrainant la chute du système immunitaire
Fermentation intestinale : le sucre crée un milieu propice au développement de mycoses intestinales, et à plus grande échelle le développement de cellules cancéreuses
Cause principale du diabète et de l’obésité
Augmente considérablement le taux de cholestérol et de triglycérides, favorisant hypertension et maladies cardio-vasculaires
• Cause le vieillissement prématuré des tissus, en particulier de la peau
• Cause principale du développement de bactéries bucco-dentaires (caries)

ALTERNATIVES AUX SUCRES RAFFINÉS

Sirop d’agave

La problématique du sirop d’agave est bien présente et j’en suis consciente. En effet, le sirop d’agave est un sucrant naturel extrêmement puissant. Là est donc le problème. L’extraction du sirop d’agave à une température trop élevée lui fait perdre en propriétés et monter son indice glycémique encore plus haut qu’il n’est déjà.

Notre sirop d’agave BIO & cru EATYA est extrait à froid à – de 41° pendant tout le processus, préservant toutes ses propriétés pour te proposer un produit de la meilleure qualité possible. Riche en minéraux (fer, calcium, potassium, magnésium).

Le tout est d’en consommer raisonnablement, comme tout sucre naturel il sera meilleur qu’un sucre raffiné.

Sirop d’érable

Extrait naturellement de la sève d’érable, le sirop d’érable est une alternative aux sucres raffinés plus spécifique par son goût particulier.
Le sirop d’agave est riche en minéraux (zinc, magnésium) et en vitamine B. Son fort pouvoir sucrant équivaut pour 50g à 100g de sucre classique.

Sirop ou crème de dattes

La crème de dattes est obtenue grâce à une recette traditionnelle préservant les nutriments et le goût des dattes.
Elle est un excellent sucrant naturel pour tes préparations sucrées et leur confère ce goût unique.

Sucre de coco

Le sucre de coco est extrait de la fleur de coco. Il est riche en antioxydants, il permet de lutter contre le vieillissement des cellules et de certaines maladies. Il est aussi riche en minéraux (zinc, fer, potassium, magnésium).
Le sucre de coco a un goût plus prononcé qui rappelle le caramel et quelques notes de vanille.

Sucre roux de canne non raffiné

Le sucre roux de canne non raffiné est l’alternative au sucre raffiné la plus répandue, riche en oligo-éléments, sels minéraux, vitamines, et acides aminés.

 

Tu peux retrouver notre sirop d’agave cru EATYA ainsi que notre crème de dattes BIO BioTamra sans sucres ajoutés sur notre e-shop vidya.shop, ou venir nous voir dans notre boutique à Bruxelles (60, Rue des Tanneurs, 1000 Bruxelles).

JOURNAL D’UNE SEMAINE SANS SUCRES RAFFINÉS

LUNDI : J-J.
Après m’être préparée mentalement tout le week-end, le grand jour est arrivé. Première étape, le petit-déj. Non pas que je ressente l’envie et le besoin tous les matins, comme par hasard aujourd’hui j’ai très faim. Mes yeux louchent sur le pot de confiture rhubarbe-abricot de ma grand-mère laissé au bureau… Divinement bonne, mais extrêmement sucré… On passe. Ma banane a donc un léger goût de frustration. Les heures passent et tout va plutôt bien jusqu’au premier message d’une amie : « Alors, tu tiens le coup ? » 1ère explosion de ma cervelle : un petit bonhomme me nargue par son regard et appuie sur le gros bouton rouge « SUCRE » dans mon cerveau… Je bois de l’eau 12.
2ème explosion : il fait chaud, mes collègues s’abandonnent à une douce glace crue et vegan en vente au magasin. « T’en veux ? » quasi persuadée que la compo est clean comme de l’eau de roche et… non. Frustration x 457, je mange une datte 12.

MARDI : J2.
Même sensation de faim du matin. Je trouve ça assez perturbant, mais les fruits sont de plus en plus gouteux et sucrés. La journée passe assez vite, je n’ai même pas l’impression d’avoir pensé à mon challenge. Je n’ai pas envie de sucre et je ne me sens pas frustrée, Happy Me !

MERCREDI : J3.
Cette nuit j’ai rêvé de cette tablette de chocolat violette bien connue dont je tairai le nom… Une seule pensée dans ma tête dès le réveil : donnez-moi du sucre 🤯.
Quand j’arrive au bureau, Ophélie aka Philie, notre petit rayon de soleil, nous a préparé une petite verrine citron-yaourt de coco sur son sablé croquant 🤤. Sablé = sucre raffiné… Je pèse le dilemme dans ma tête pendant quelques minutes en voyant mes collègues se délecter de ce mets délicieux. Je craque, je déguste, explosion de saveurs succulentes dans ma bouche et dans ma tête 🥰. J’ai craqué et tant pis, pas de place à la culpabilité.
Les dattes sont mes meilleures amies cette semaine, quand je sens que le bouton s’allume je déguste un bonbon naturel et la frustration s’efface.

JEUDI : J4.
Je vis plutôt bien ce challenge, malgré le « craquage » d’hier, j’ai la chance d’être dans la boutique et de pouvoir remplacer mes envies de sucres dégoûtants par de délicieux petits gâteaux crus et vegan à base de dattes ou autres sucrants naturels (de chez NatsRawline). J’ai pris le réflexe de manger des fruits et des dattes pour combler mes envies. Malgré quelques moments de frustration, le soir parfois, ou quand je vois les gens autour de moi consommer ce que j’appelle « mes vices », mais la charge mentale n’est pas aussi dure que je l’avais imaginé.

VENDREDI : J5.
Comme mardi, cette journée est passée extrêmement vite. Je n’ai pas eu le temps de penser à mon envie de sucre et je m’en porte très bien. Sauf qu’aujourd’hui, on est vendredi, et qui dit vendredi dit aller décompresser avec les copains. Grande amatrice de bières (avec modération, toujours), je commande instinctivement une bière en terrasse, bien méritée après cette belle semaine de boulot combinée à mon challenge. Et puis là, au bout de quelques gorgées, la pièce tombe 😅. Il y a du sucre dans la bière. Tant pis, j’ai envie de décompresser et de ne pas culpabiliser, et je suis fière de moi quand même.

SAMEDI : J6.
Petit-déj de week-end, j’avoue que j’aurais bien mangé un petit, tout petit croissant ou pain au chocolat. Mais tranquille, je pense au bonheur gustatif et mental qu’il me procurera quand j’aurai fini mon challenge, et comment j’en profiterai encore plus. Et puis les fruits sont tellement bons, je me délecte de pastèque, fraises et nectarines incroyablement sucrées comme j’aime 12.
Cet après-midi je suis invitée à l’anniversaire de la fille de Greg et Fati, et mes adorables patrons m’obligent (😂 joke) à manger du gâteau… Sucre miam miam, je profite de cette jolie fête et donc des moments de bonheur partagés. Toujours pas de place à la culpabilité.

DIMANCHE : J7, LAST DAY.
Dernier jour de cette semaine challengeante qui m’a fait sortir de mes mauvaises habitudes. Je fais un peu le point sur ma semaine, je me sens assez fière et je repense aux moments où je me suis « laissée aller ».
En analysant mes quelques moments de craquages, je me rends compte qu’ils sont associés à des moments de partages, des moments de joie avec des gens que j’aime, comme en célébrant l’amitié autour d’un verre, en profitant d’un petit déjeuner fait avec amour ou encore d’une fête d’anniversaire.
Je suis heureuse d’arriver à l’associer à un plaisir partagé, et de ne pas avoir cédé juste pour assouvir mes mauvaises habitudes.

CE QUE J’EN TIRE – RÉSULTATS – CONCLUSION

Comme je te disais au début de l’article, je me sentais vraiment aspirée par la spirale infernale du sucre industriel depuis quelque temps. Mon cerveau réclamait constamment sa récompense, et je cédais sans lutter. Après cette semaine, mon but n’était pas de pouvoir observer de changements physiques, je me doutais que ça ne serait pas suffisant. Pas de perte de poids, ni d’observation particulière sur la qualité de mon sommeil ou autre.
Je voulais simplement me prouver que j’en étais capable et je le suis. Je t’ai partagé mes réflexions du dernier jour de ce challenge, et à travers celles-ci j’ai vraiment tout gagné.
Pendant cette semaine, j’ai appris à apprécier à nouveau les alternatives à toutes les cochonneries que je peux consommer habituellement. Des fruits et fruits secs des délices sucrés qui font plaisir et donc la composition est ultra clean, prendre le temps de préparer de bonnes choses, réconfortantes et faites maison.

Je te le conseille vraiment, cette première étape me fait énormément de bien mentalement et m’a fait me reconnecter à des choses essentielles, comme les partages de la vie.

Si tu réalises ce challenge, on t’a déjà partagé des tas de recettes délicieusement gourmandes avec de super ingrédients qui font du bien à ton corps. Tu peux les retrouver dans la section recette sur le blog. Tu peux t’en inspirer pour combler tes fringales sucrées, et je te promets que la frustration restera bien loin de toi !

Si tu aimes ce type de challenge et que tu aimerais qu’on te fasse d’autre « on a testé pour toi », que tu as des idées, n’hésites pas à nous le dire en commentaires 🧡!