Sélectionner une page

Chaque mercredi, c’est notre rendez-vous “Le Dico Naturo” avec notre Naturopathe Fatima Khemar ! Une rubrique qui parle de naturopathie et plus largement de santé holistique. Cette rubrique est sous forme de dictionnaire, une sorte d’abécédaire de la naturopathie, pour qu’elle soit à la fois pédagogique et agréable à lire.⁠ A chaque fois, Fatima choisira un mot qu’elle développera sur Instagram et sur le blog. Si vous souhaitez participer à cette rubrique, n’hésitez pas à laisser en commentaire les sujets que vous souhaitez qu’elle aborde ! Aujourd’hui, pour ce 7ème billet, on parle de mémoire et de notre complément alimentaire MEMORY !

DECOUVRE NOTRE MEMORY

la mémoire

La mémoire, comment ça fonctionne ?

La mémoire est comme un tiroir du cerveau où tous les souvenirs sont gardés. Chaque jour, l’être humain fait fasse à des milliers d’informations, certaines vont être stockés pour plus tard et d’autres vont être oubliés ou effacés très tôt. Même si le cerveau est capable d’enregistrer des quantités astronomiques, la mémoire humaine est sélective, elle garde seulement les informations qui semblerait être utiles.

La mémoire est un processus biologique qui s’appuie sur différents réseaux de neurones du cerveau afin de stocker et restituer des informations. C’est une fonction dite “cognitive” car elle fait partie des capacités du cerveau à organiser et à contrôler les interactions avec notre environnement.

Les 3 étapes de la mémoire

La mémoire est un processus composé de 3 étapes : l’encodage, le stockage et la restitution.

L’ENCODAGE
C’est la perception d’une information qui va être transformé en souvenir. Effectivement grâce aux 5 sens, nous sommes capables de percevoir et de capter tout un ensemble d’informations. Avant de stocker celles-ci, le cerveau va essayer de leur donner un sens afin de l’enregistrer correctement. Cette étape dépend du bon fonctionnement de la mémoire à court terme et de la mémoire de travail.

LE STOCKAGE OU CONSOLIDATION
Ensuite, après que le cerveau ai encodé l’information, il va la ranger et la consolider pour pouvoir la réactiver au moment voulu. L’information est donc gravé comme dans un disque dur et fait partie de la mémoire à long terme. C’est un processus actif qui protège les souvenirs inconsciemment.

LA RESTITUTION OU REMEMORISATION
Enfin, lorsque vous demandez à votre cerveau de restituer un souvenir, il va rechercher dans l’immense “tiroir” afin de se rappeler l’information voulue. Malgré ce processus en 3 étapes, il est possible que la récupération soit bloquée, c’est ce qu’on appelle un “trou de mémoire”.

La mémoire permet donc d’intégrer, conserver et récupérer des informations qui sont nécessaires pour la construction de notre identité ainsi que dans les interactions avec notre environnement. Néanmoins, certaines personnes peuvent souffrir de troubles de la mémoire, c’est-à-dire qu’elles doivent faire face à des difficultés lors de l’intégration ou la restitution d’une information (ou les deux). C’est notamment le cas pour les personnes atteintes d’Alzheimer, d’amnésie, de la maladie de Hungtigton, de démence ou lors d’un accident qui provoque une commotion cérébrale.

Les différents types de mémoire

Les scientifiques s’accordent pour dire qu’il existe plusieurs types de mémoire, qui utilisent différents réseaux neuronaux interconnectés. Notons également qu’il n’existe pas une zone dédiée, la mémoire est distribuée dans plusieurs zones, car elle n’est pas figée.

MÉMOIRE À COURT TERME OU DE TRAVAIL

La mémoire de travail est considérée comme mémoire à court terme, c’est-à-dire qu’elle retient des informations pendant une courte durée (entre 0,5 seconde et 10 minutes). Elle permet de manipuler des informations facilement et rapidement. Elle est essentielle dans nos activités quotidiennes surtout lorsque nous voulons effectuer deux choses en même temps (par exemple, écouter et prendre des note en même temps).

MÉMOIRE À LONG TERME OU SEMANTIQUE

C’est la mémoire qui s’occupe de stocker l’ensemble des informations sur notre identité, mais aussi sur les connaissances liées au monde qui nous entoure (géographie, objets, nature, …). Les informations sont stockées selon un réseau sémantique, dans ce réseau il n’y a pas d’oubli, mais des “défauts d’accessibilité” (la difficulté à retrouver l’endroit où se trouve l’info).

La mémoire épisodique : Dans ce cas-ci, c’est le stockage de tous les événements vécus ainsi que leur contexte (lieu, date, état émotionnel). Elle est souvent sollicitée lorsqu’une personne repense à un événement ou lorsqu’elle se projette dans une situation future.

La mémoire procédurale : La mémoire procédurale est un mélange des automatismes, des savoir-faire. C’est celle à qui nous faisons appel inconsciemment lorsque nous marchons, courons, faisons du vélo, conduire, etc.

La mémoire perceptive ou sensorielle : La mémoire perceptive encode et stock l’ensemble des sensations que nous pouvons ressentir grâce à nos sens. Elle permet de se souvenir des voix, des visages, des lieux. C’est notamment dans cette mémoire que nous pouvons distinguer des sous-catégories comme la mémoire visuelle, la mémoire auditive, la mémoire tactile (kinesthésique), la mémoire gustative et la mémoire olfactive.

Comment préserver et booster sa mémoire ?

Diminuer le stress

Les trois étapes de la mémoire expliquée ci dessus sont très sensibles aux interférences et le stress est la principale source d’interférence. Il peut donc nuire à chaque étape de la mémorisation : l’encodage, le stockage et la restitution. Le stress chronique nous fait même oublie que l’on est stressé.es !

Le premier conseil pour préserver sa mémoire est donc de diminuer son stress. Pour cela, il existe de multiples méthodes et techniques. Je vous invite à écouter mes podcast sur ce sujet :

Podcast Stress et Naturopathie

L’alimentation

L’alimentation est évidement importante pour préserver et booster sa mémoire. Les produits ultra transformés, les repas qui perturbent la glycémie, l’insuline, la digestion ou encore les l’alimentation pro-inflammatoire sont à éviter au maximum.

  • Les graisses seront importantes notamment les oméga 3 et 9. Ils protègent, renforcent le cerveau et prévient le déclin cognitif. Pour cela, la consommation des huiles végétales extra vierge et biologiques seront intéressantes notamment l’huile d’olive riche en oméga 3, 9 et en vitamine E. Des études ont démontré qu’une consommation quotidienne de l’huile d’olive extra-vierge préviendrait les troubles de la mémoire. Les oméga 3 se trouvent aussi dans les noix, les graines et les animaux de la mer (poissons gras).
  • Les glucides sont le premier carburant du cerveau, ils sont donc très important pour le faire fonctionner. Privilégiez les glucides à index glycémiques modéré et bas pour l’équilibre glycémique : les céréales complètes et les légumineuses.
  • Les vitamines, les minéraux et les antioxydants vont protéger et nourrir le cerveau mais aussi permettre les communications entre les neurones. Pour cela, faites le plein de fruits et légumes crus ou cuits à la vapeur douce ou encore en buvant des jus de légumes réalisés avec un extracteur. Le Ginkgo Biloba est aussi en riche en antioxydant, précisément en flavonoïdes. Cet arbre contribue au bon équilibre nerveux, stimule l’activité intellectuelle, soulage la fatigue et renforce la mémoire en agissant sur la microcirculation cérébrale.
  • Les vitamines du groupe B : B1, B9, B9, B12 protègent le cerveau et interviennent dans les mécanismes de mémorisation. On les retrouve dans les céréales complètes et les légumes à feuilles vertes (crues).
  • Les protéines et le fer respectivement pour la synthèse des neurotransmetteur et l’oxygénation des cellules du cerveau.  On en trouve dans les légumineuses, viandes, poissons, œufs, algues, légumes verts, ortie.

Les habitudes et exercices à intégrer régulièrement

  • Mémoriser en s’amusant (apprendre une chanson, jouer au Memory, mémoriser des numéros de téléphones, se balader sans carte et gps.
  • Continuer à étudier et apprendre régulièrement de nouvelles choses.
  • Lire, écrire, dessiner.
  • Faire vivre les souvenirs, à travers des voyages, des photos ou vidéo par exemple.
  • Faire des exercices de concentration et de mémorisation que l’on peut trouver dans des livres ou internet, les mots croisés ou les mots mêlés, les puzzle, sudoku, echec, dames, sont aussi des moyens de s’exercer.
  • Créer des liens entre les nouvelles informations et celles que vous avez déjà stockées.
  • Travailler son cerveau au quotidien et éviter la routine, changer ses habitudes pour éviter l’instantané.
  • Catégoriser les informations, ne pas faire trop d’activité à la fois pour rester focus sur une seule activité à la fois.
  • Utiliser ses sens au quotidien dans des activité manuelles par exemple.
  • Respirer avec le nez, la respiration nasale augmente la mémoire sensorielle (encodage et stockage) notamment la mémoire épisodique odorante.
  • L’activité physique quotidienne permet de développer les performances neurocognitives.

Le mémory, le complément alimentaire pour booster la mémoire

MEMORY est composé de deux plantes, deux Brahmi différents : Brahmi Gotu Kola (Centella asiatica) et le Brahmi (Bacopa Monnieri). Ces deux plantes tiennent une place centrale en médecine ayurvédique et figurent parmi les herbes adaptogènes reconnues comme les plus puissantes au monde. Grâce à la combinaison des puissants antioxydants qu’elle contiennent, ces plantes soutiennent, protègent et améliorent le système nerveux, les fonctions cérébrales, la concentration et la mémoire ! Ces plantes empêchent l’accumulation des dommages neuronaux, favorisent la circulation sanguine vers le cerveau et offrent un regain d’énergie sans pour autant stimuler les glandes surrénales.

Le Brahmi Gotu Kola favorise la circulation sanguine et permet donc au cerveau d’être mieux irrigué et d’augmenter les capacités cognitives, tout en réduisant tous les types de stress (la prise de Brahmi Gotu Kola ne provoque pas d’effets secondaires). Cette plante utilisée pour aider à la concentration et à la mémorisation favorise la clarté mentale et lutte contre le « brouillard cérébral ». Quant au Brahmi (Bacopa monnieri), sa composition chimique permet d’augmenter les enzymes de protection contre les radicaux libres et freine le stress oxydatif qui favorise le vieillissement cellulaire du cerveau.

Ce complément alimentaire est idéal pour les personnes dont l’apprentissage, la concentration et la mémoire sont rendus difficiles par des problèmes de concentration dus au stress, à l’âge ou tout autre facteur. Cette formule est également idéale pour les personnes désirant préserver leur capital mémoire et prévenir la dégénérescence prématurée des cellules de leur cerveau.

La posologie : 1 à 2 capsules / 2 fois par jour (matin et soir) avec de la nourriture et de l’eau.

Attention, MEMORY ne peut pas être pris lors d’une grossesse ou d’un allaitement car le Brahmi Bacopa est abortif et contraceptif. Ne pas administrer aux enfants de moins de 12 ans.

Chez Vidya, on te propose les capsules Memory de la marque Organic India. Les plantes sont issues de l’agriculture biologique afin de garantir la meilleure qualité possible !

En espérant que cet article vous aidera à préserver votre mémoire, prenez soin de vous ❤️!

Si cet article vous plaît, n’hésitez pas à laisser un commentaire et à le partager autour de vous ❤️

Vous avez aimé cet article ? En voici d'autres: